Que voir, que faire en voyage au Vietnam ? 

Démarrez votre voyage au Vietnam par deux jours à Ho Chi Minh avant de partir faire du vélo à Vinh Long dans le Delta du Mékong et découvrir en bateau les marchés flottants de Cai Be et Tra On. Continuez votre voyage au Vietnam par de la plongée sous-marine sur l’île de Phu Quoc, puis envolez-vous pour visiter la cité impériale de Hué et passer un séjour romantique à Hoi An. Partez ensuite découvrir la pagode des parfums et le temple de la Littérature en cyclo-pousse à Hanoi, avant de faire un trek à Sapa hors des sentiers battus où vous rencontrerez les ethnies du nord du Vietnam et les rizières émeraudes du pays. Passez une nuit chez l’habitant et goûtez à la cuisine locale puis allez faire un tour de barque à Ninh Binh, la baie d’Along terrestre du Vietnam. Terminez votre voyage au Vietnam par une croisière en jonque à voile sur la Baie d’Along, classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Quand partir au Vietnam ?  

Le Vietnam est marqué par une grande diversité de climats. Quand une région est humide, une autre est ensoleillée. D'une manière générale, il n'y a pas de mauvaise saison pour visiter le pays : 

  • Nord du Vietnam : de novembre à avril, le temps est souvent gris et pluvieux avec des températures comprises entre 15 et 20°C en journée (jusqu'à moins de 10°C la nuit). La période allant de mai à octobre est la plus sèche avec un mercure pouvant grimper jusqu'à 40°C. A noter que les mois de juillet et août connaissent des pluies diluviennes, parfois très violentes.
  • Centre du Vietnam :  la meilleure période pour visiter cette portion du Vietnam est sans aucun doute de février à mai. Evitez en revanche les mois de septembre et octobre, marqués par la mousson et quelques typhons. Optez plutôt pour Nha trang et Mui Né, où le soleil brille quasiment toute l'année.
  • Sud du Vietnam : profitez des douces températures de la saison sèche pour visiter le Delta du Mékong entre décembre et avril. Ne vous rendez pas dans cette partie du pays entre juillet et septembre, marquée par la saison des pluies. 

Vie Pratique

Formalités

Celles-ci varient selon le type de visa demandé. Dans tous les cas, votre passeport doit être valide 6 mois après la sortie prévue. Notez que les visas sont délivrés avec une date d’arrivée précise. Vous ne pouvez pas arriver au Vietnam avant cette date, mais vous pouvez arriver après celle-ci. Dans ce cas, vous perdez le nombre de jours de retard à l’arrivée. 

  • Exemption de visa : le visa vietnamien n'est pas obligatoire pour les ressortissants français voyageant moins de 15 jours (exemption valable jusqu'au 30 juin 2018). 
  • Sauf exemption : le visa est obligatoire pour tous les séjours supérieurs à 15 jours (valable 1 mois). Son tarif varie d'une année sur l'autre. En 2017, il était de 40 € pour une entrée simple et de 65 € pour des entrées multiples. N'oubliez pas de vous munir de deux photos d'identité récentes et d'espèces ou d'un chèque pour le paiement. Il vous sera également demander de remplir un formulaire en deux exemplaires, que vous pouvez obtenir sur internet. Comptez environ 1 à 2 semaines de délai d'obtention.
  • E-visa ou visa électronique : les voyageurs français peuvent obtenir ce visa sur le site www.immigration.gov.vn. Ce dernier est valable 30 jours et coûte environ 25 US$. En ligne, il vous sera demandé de joindre une copie numérisée du passeport et une pièce d'identité. Comptez 3 jours ouvrés de délais pour recevoir votre document par mail. N'oubliez pas de l'imprimer pour les services de la douane vietnamienne.

Vaccins 

Aucune vaccination n’est obligatoire, mais certaines sont recommandées :

  • Vaccination DTP (diphtérie - tétanos - poliomyélite)
  • La typhoïde, les hépatites A et B
  • L’encéphalite japonaise et la rage pour des séjours ruraux

Monnaie

Le Dong Vietnamien (VND). Pour le taux de conversion, c'est par ici.

Décalage horaire

UTC +7

Indicatif téléphonique

  • De la France vers le Vietnam : 00 + 84 + indicatif de la ville (sans le "0" initial) + numéro du correspondant (7 ou 8 chiffres).
  • Du Vietnam vers la France : 00 33 + numéro du correspondant (sans le "0" initial). 

Transports écolos

Le cyclo-pousse

C'est le moyen de transport le plus écologique : pas de moteur, pas de fumée, pas de bruit. Certes, ce pousse-pousse des temps modernes est plus cher (8 US$ pour une heure) et moins rapide que les taxis, mais il est aussi plus pittoresque. A vous la découverte des vieilles ruelles de la capitale ou les buildings de Ho Chi Minh cheveux aux vents !

Le train

S'il y a bien une expérience à tester au Vietnam, c'est celle du voyage en train. Non seulement, ce moyen de transport est économique et écologique, mais il vous permettra également de faire de nombreuses rencontres ! Si les trajets sont assez lents (40km/h en moyenne), ils n'en restent pas moins surs et confortable. A bord, vous aurez le choix entre 4 types de catégories : 

  • le siège en bois
  • le siège matelassé
  • la couchette en 2ème classe dans le compartiment de 6 personnes
  • la couchette en 1ère classe dans le compartiment de 4 personnes

Pour plus de confort, vous avez également la possibilité de passer par des compagnies privées (Livitrans ou Violette ) qui louent des compartiments de train de la Vietnam Railways pour mieux les équiper et fournir des services plus personnalisés (compartiments de 2 couchettes par exemple). Pour plus de renseignements sur le réseau ferroviaire, les horaires et les tarifs, rendez-vous sur le site officiel des Chemins de fer du Vietnam ou sur le site vietnamtrain.com.

Le bateau

C'est le moyen de transport idéal pour visiter le delta du Mékong. Non polluants et authentiques, les "sampan" - bateaux traditionnels vietnamien en bois - vous permettront de partir à la découverte des marchés flottants et des petits canaux du delta hors des sentiers touristiques classiques. Le mieux est bien sûr d'opter pour ceux à rames et/ou à voiles, notamment si vous effectuez une visite d'une journée. Dans le cas contraire, optez pour des croisières collectives afin de minimiser votre empreinte écologique. Dans tous les cas, sachez que le confort est bien souvent rudimentaire. Peu de sampans sont équipés de la climatisation et de toilettes douches privatives. Notez enfin que les nuits peuvent être assez bruyantes (trafic fluvial important).

Tourisme durable

Préservation de la culture des minorités ethniques

Depuis 2011, le Ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme vietnamien a mis en place un projet baptisé "préservation, développement de la culture des minorités ethniques", à horizon 2020. Objectif : faire en sorte que la culture des ethnies minoritaires ne sombre pas dans l'oubli. C'est ainsi que de nombreuses fêtes traditionnelles et sportives ont ainsi pu être préservées ou reconstituées. Une valorisation de l'identité culturelle des ethnies qui a permis aux localités de diversifier leurs offres touristiques, permettant aux voyageurs de découvrir un fabuleux patrimoine.

De manière générale, de nombreuses initiatives locales visent à développer un tourisme communautaire, au plus proche de la population. De plus en plus d'agences de voyages ou d'associations ont développé des projets d'éco-tourisme, permettant de créer des emplois locaux et de mettre en avant un tourisme tant engagé socialement qu’environnementalement.

Pollution environnementale

Le développement rapide des villes et l’augmentation du pouvoir d’achat de ces 20 dernières années ont apporté de nombreux changements dans le pays, au détriment notamment d’une exploitation des ressources ne s’inscrivant pas dans un registre durable. Parmi ces problèmes : celui des déchets, qui s'amoncellent dans villes et les campagnes du pays, mais également sur des îles touristiques comme celle de Phu Quoc. Jusqu’à ce que le gouvernement vietnamien éduque les populations locales sur l'importance de la conservation de l'environnement, donnez l'exemple et ramassez vos déchets sur votre chemin. 

Autre fléau : celui de la mauvaise qualité des eaux, notamment dans la baie de Ha Long, où l'exploitation du charbon a entraîné des millions de tonnes de terres polluées évacués dans la mer. De quoi détruire encore un peu plus les récifs de coraux ainsi que la faune locale, déjà malmenés par les très nombreux bateaux qui parcourent la baie chaque jour. Notre conseil : optez pour des agences de voyage proposant des croisières en jonque à voile et dont la politique environnementale est irréprochable.